Radon

Gaz inodore, incolore, insipide

Le Radon

Où le trouve-t-on?

Le radon 222, qui est la principale forme du radon, provient de la chaîne de désintégration du radium 226 et de l’uranium 238 naturellement présent dans toute l’écorce terrestre. Il émane du sol et se dilue rapidement dans l’air extérieur. Sa concentration moyenne est alors de l’ordre de 10 Bq/m3  (Becquerels par mètre cube).

Le radon s’accumule dans tous les espaces qui sont peu ou mal aérés: les cavités naturelles mais aussi les bâtiments. Dans les espaces de vie, le radon  pénètre par les fissures, les jointures, les canalisations… Il provient principalement du sous-sol (roches, failles, eaux….), mais aussi des matériaux de construction qui contiennent, en plus ou moins grandes quantités, du radium.

Source: Québec.ca

A quelle densité sommes-nous exposée ?

En France, certaines zones présentent un risque d’exposition au radon plus élevé. Ces zones correspondent à un sol contenant des roches riches en uranium (roches magmatiques, en particulier les granites). Les régions les plus fortement touchées sont le Limousin, le Massif Central, la Bretagne , les Alpes et la Corse.

La cartographie du potentiel radon des formations géologiques mise en place par l’IRSN a servi à classer les communes en fonction du potentiel radon des roches caractérisant leur sous-sol. Lien ici.

Le potentiel radon fournit un niveau de risque relatif à l’échelle d’une commune, il ne présage en rien des concentrations présentes dans votre habitation, celles-ci dépendant de multiples autres facteurs (étanchéité de l’interface entre le bâtiment et le sol, taux de renouvellement de l’air intérieur…).

Le fait que votre habitation soit localisée dans une commune à potentiel radon de catégorie 3 ne signifie pas forcément qu’elle présente des concentrations en radon importantes. Elle a toutefois nettement plus de risque d’en présenter que la même maison située dans une commune à potentiel radon de catégorie 1. Les concentrations peuvent par ailleurs atteindre des niveaux très élevés pour des caractéristiques architecturales ou des conditions de ventilation défavorables.

Lorsque les émanations sont importantes et/ou le renouvellement d’air insuffisant, le radon s’accumule, pouvant atteindre dans certains cas des teneurs très élevées.

15000Bq/m3  relevé dans une habitation à Meucon dans le Morbihan.

Quel est le risque pour la santé ?

Cette accumulation représente un risque pour la santé.
L’inhalation du radon et surtout de ses descendants radioactifs provoque des lésions dans les cellules de l’appareil respiratoire. La communauté scientifique considère que l’exposition au radon constitue la seconde cause de décès par cancer du poumon après le tabac.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé en 1987 le radon comme cancérigène certain pour le poumon.

D’après l’Institut de Veille Sanitaire, parmi les 25 000 décès par cancer du poumon qui surviennent chaque année en France, 3000 seraient attribuables au radon. Le risque lié au radon augmenterait de façon linéaire avec la concentration et la durée d’exposition, sans qu’un seuil minimal soit relevé.

En France, depuis le début des années 2000, il existe une réglementation de la gestion du risque de radon dans 31 départements dans les établissements recevant du public (ERP) (es établissements scolaires, thermaux, pénitentiaires, sanitaires et sociaux). La réglementation a été étendue aux lieux de travail et dans le contrôle des eaux destinées à la consommation humaine puis plus récemment dans la politique de la qualité de l’air intérieur. Les derniers décrets de juin 2018 sont entrés en vigueur le 1er juillet 2018, il est maintenant obligatoire d’informer les potentiels acquéreurs ou locataires d’un bien si celui-ci se situe dans une zone de potentiel radon niveau 3 mais aucune mesure n’est cependant requise.

Aujourd’hui, le risque lié au radon dans les lieux de vie est à ce jour peu pris en compte alors qu’il s’agit souvent de la principale voie d’exposition à la radioactivité compte tenu que nous passons au minimum 67 % de notre temps chez soi.

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande un seuil maximal de concentration en radon à 300 Becquerel/m3.

Comment mesurer la densité de radon ?

Vous avez la possibilité de faire le dépistage du radon avec un détecteur de mesure à court terme ou long terme. Il en existe un grand choix.

L’association peut vous accompagner pour choisir le moyen de détection adapter à votre besoin. N’hésitez pas à nous contacter afin de vous guider dans votre projet de mesure.

Quelles actions exécutées suite aux mesures effectuées ?

En présence de Radon, 2 types des mesures correctives peuvent être mises en place :
– simples si la concentration se situe entre 300 et 1000 Bq/m3 ;
– d’envergure si elle est supérieure à 1000 Bq/m3.

Quelles recommandations apportées ?

  • Ouvrir les portes et les fenêtres le plus souvent possible;
  • Vérifier l’état des bouches d’aération;
    Parfois, à tort, les bouches d’aération ont été volontairement obstruées pour une question de confort personnel. Il faut donc les déboucher.
  • Tester le bon fonctionnement de la VMC ;
    Le débit d’air de la VMC doit étre suffisant afin d’assurer
    un rendement d’extraction correct du radon et des autres polluants de l’air ambiant.
  • Éliminer les principales voies d’infiltration du radon si la concentration est supérieur à 300Bq/m³.
    Cela implique de faire une inspection totale de l’habitation. Chaque pièce doit être minutieusement scrutée. Ce travail peut s’avérer délicat pour un non spécialiste car certaines fissures peuvent être invisibles ou petites alors que d’autres sont importantes et faciles à déceler. Nous vous conseillons de vous rapprocher d’un professionnel du bâtiment spécialisé en Radon.